Figurez-vous que… pour les personnes âgées atteintes d’un cancer, la décision de ne pas se soigner ou de s'engager dans les traitements se façonne à l'aune de leur parcours de vie

Figure du mois de mai 2022

"Que faire de ce cancer?"

Deux pôles idéaltypiques entre lesquels se positionnent les personnes âgées malades

Clément Desbruyères est sociologue de la santé et du vieillissement. Dans sa thèse, il s'intéresse à l’épreuve du cancer à un âge avancé. Il analyse notamment les prises de décision thérapeutiques en oncogériatrie, dispositif médical destiné à adapter les stratégies de traitements à des états de « fragilité ». Car dans ces cas, le cancer cohabite avec d’autres facteurs physiologiques, physiques, cognitifs, mais aussi sociaux et environnementaux, qui peuvent restreindre, voire annihiler le succès d’une chirurgie ou d'un traitement.

Clément Desbruyères s'appuie sur un corpus d’entretiens semi-directifs réalisés auprès d'une cinquantaine de malades, proches et professionnels de santé et sur une enquête ethnographique menée dans deux établissements de santé. Il étudie les différentes formes d’engagement dans les soins contre le cancer, allant d’un engagement actif dans le traitement jusqu’à l’abstention thérapeutique. Il analyse la manière dont les décisions thérapeutiques sont négociées entre malades, proches et professionnels de santé.

Les premiers résultats montrent comment les personnes âgées malades articulent, parfois confrontent, les temps du cancer (diagnostic, soins, traitements) et un temps biographique. Elles mobilisent plus particulièrement deux dimensions de ce dernier : le temps-durée (rapport à l’âge, moment de son cycle de vie, parcours de vie, etc.) et le temps quotidien du vieillir (lié aux situations sociale, familiale, résidentielle, etc.). La mise en balance de ces temporalités façonne les expériences individuelles de l’épreuve du cancer et les décisions de (non-)recours aux traitements. Elle oriente les décisions de santé et de vie, en questionnant « l’utilité » à s’engager pleinement dans une « lutte » contre le cancer, parallèlement aux médecins en oncogériatrie qui, dans leur registre, en questionnent l'efficacité.

Ces premiers résultats invitent les soignants à intégrer davantage ce travail réflexif conduit par les malades dans la co-construction des trajectoires de soin.

Clément Desbruyères

Doctorant au LABERS, Université de Bretagne Occidentale.

  • Thèse (titre provisoire) : Que faire de ce cancer ? L’épreuve des décisions de soin au temps du vieillir. Co-dirigé par F. Le Borgne-Uguen (LABERS, UBO) et B. Derbez (CRESPPA, Paris 8).
  • Desbruyères Clément, « L'âge et la fragilité dans l'accès aux soins : Covid-19 et oncogériatrie », Gérontologie et Société, 2022, à paraître.

Les autres figures